Randonner autrement

Article écrit par Laure Bazantay, publié dans le journal La Croix du 11 juillet 2016

 

De plus en plus, des propositions rivalisent d’imagination et mêlent plaisir de la marche et découverte du patrimoine local. Pour touristes curieux et pas forcément très sportifs.

Et si randonner n’était plus synonyme de simplement marcher ? De plus en plus de touristes se montrent en effet en demande de « découvertes intelligentes », selon les propres termes de Claudie Alix, directrice de Sensation Bretagne (1), réseau rassemblant aujourd’hui 21 communes du littoral breton.

 

Pour ces vacanciers-là, désireux de conjuguer nature, loisirs et culture, se développent des formules de circuits, chaque année plus diverses. « Nous, acteurs locaux, aimons à faire émerger les particularités et les talents méconnus de nos terroirs. C’est ainsi que nous imaginons des balades atypiques et parfaitement balisées », convient Claudie Alix.

Excursions thématiques

Ces excursions à thème – romantique, légendaire, historique, etc. – attirent notamment les familles, leur caractère ludique faisant oublier l’effort de la marche. Quoi de plus amusant qu’un chemin truffé d’énigmes successives à résoudre. Quoi de plus enthousiasmant que de découvrir un site accessible seulement quelques heures par jour, transformant les randonneurs en véritables aventuriers.

Ainsi, désormais, toutes les passions peuvent s’allier à la découverte du patrimoine naturel : rando yoga aux sources des glaciers en Savoie (2) ou encore circuits botaniques en Île-de-France (3)…

Surfant sur la tendance, on voit partout fleurir les propositions… honnêtes ou pas. Gare aux organismes touristiques improvisés qui facturent cher des prestations superflues ! Le bon sens commande de n’accorder sa confiance qu’aux acteurs locaux identifiés, agréés ou communiqués par les offices de tourisme. L’important réside dans le fait que la nature, la curiosité et une certaine lenteur dictent l’itinéraire…

> Lire aussi : Le tourisme à vélo, pour redécouvrir la ville différemment

 

Algues et paysages à déguster dans le Finistère

Depuis Locquirec, le circuit des deux pointes – du corbeau et du château – d’environ 7 kilomètres (prévoir deux heures) offre un « concentré de Finistère » : La nature déploie des sites naturels à couper le souffle mais aussi toute une palette architecturale, des modestes cabanes de pêcheurs aux magnifiques villas du bord de mer. Cerise sur le granit, le randonneur, en compagnie d’un guide, récoltera des algues qu’il dégustera à l’issue de cette balade…

Prix : 30 €. Rens. et réservation : www.sensation-bretagne.com et www.tourisme.morlaix.bzh

 

À Tours, en compagnie de Balzac

Parcourir la ville à travers le regard de Balzac et d’écrivains liés à cette cité, voici ce que propose Caroline, guide diplômée de l’université d’Angers. La promenade à pied, d’une durée d’une heure et demie, imaginée par cette passionnée de littérature et ponctuée de lectures d’extraits d’œuvres et d’explications sur la vie des auteurs, permet de se familiariser de manière originale avec le riche patrimoine tourangeau.

Rens. et réservation : http://promenadine.jimdo.com et www.promenadine.festik.net, tél. : 02.47.20.68.44.

 

Des chemins et des pierres en Pyrénées

La montagne, terrain d’élection des randonneurs, peut parfois représenter un effort rébarbatif pour les marcheurs débutants. Pour faire connaître en douceur les secrets de ses paysages,
l’office de tourisme de la vallée d’Aspe organise des balades d’une journée à la découverte de la géologie régionale. Avec un guide nature et un géologue de l’association GéolVal, le grand public découvrira les roches locales mais aussi la faune, la flore, le pastoralisme ou les sites culturels.

Rens. : www.geolval.fr/index.php/geologie-et-randonnee

Réservation : www.tourisme-aspe.com et info@tourisme-aspe.com

Tél. : 05.59.34.57.57.

> Relire : Carnet de voyage, une autre façon de se souvenir

Laure Bazantay

(1) www.sensation-bretagne.com

(2) www.yogaadventurechamonix.com, 06.60.82.86.59 ; tarif pour 3 heures : 35 € et www.savoie-mont-blanc.com

 

(3) http://lespetitesherbes.blogspot.fr/

 

 

CAROLINE, PAS DE COTE

Article écrit par Emilie M. publié le 25 mars 2015 sur le blog "Détourages"

https://detourages.wordpress.com

 https://detourages.wordpress.com

 

Comme beaucoup de détourés, Caroline a un jour décidé de quitter le confort étriqué du salariat à temps complet. Envie d’ailleurs tout en restant ici, désirs de décision et d’action en lieu et place du ronron du cinéma où elle opte pour le temps partiel.

En souvenir de ses premières amours pour la langue de Goethe et de son année de l’autre côté du Rhin, direction l’Anjou et le Saumurois pour y devenir guide-conférencière. Mais pas question de tomber dans un nouveau piège : celui des princes Renaissance et autres châteaux ligériens où la morte saison porte si bien son nom, et où les visites qui défilent à longueur de journée voient les explications tourner en boucle au fil des salles et musées.

Un pied au ciné, l’autre dans les rues de la cité : Caroline crée ses visites à coups d’écrivains et autres personnalités ayant posé le pied sur les pavés de Tours et d’Amboise.

Se transformant pour l’occasion en paléontologue des mots tourangeaux au milieu de kilomètres de pages pour trouver celles où petits et grands écrivains évoquent la Touraine, l’archéologue du verbe local débusque au fil des rayonnages romans, poèmes et récits de voyage dont elle émaille ses tours littéraires. De Balzac à Ménie Grégoire en passant par Véronique Verger et bien d’autres artisans de la page blanche, la ville revit ainsi ses plus grandes heures de fiction, pour le plus grand plaisir des visiteurs ayant débusqué Caroline et ses promenades. Il faut dire que la curieuse attire les curieux, et les parcours se croisent pour déboucher parfois sur de nouveaux projets. Les balades littéraires quittent ainsi la ville pour gagner les vignes du côté de Chançay !

Si ce n’est pas la corne d’abondance, c’est tout de même l’aventure, et le succès : les baladins repartent heureux, et Caroline aussi. Actrice de son projet, le pas de côté qu’elle a fait, sans être un bond dans le vide sans filet, lui assure en effet de belles heures de découvertes et des rencontres en cascades… Une façon de voir la ville et la vie autrement.

 




BALZAC ET LACLAVETINE NOUS CONTENT LA LOIRE

Article écrit pas Pascaline Mesnage publié dans la Nouvelle République du samedi 9 août 2014


IV - Tous les moyens de locomotion sont bons pour découvrir la ville. Cet été, on vous donne quelques pistes. Aujourd’hui, une balade littéraire sur l’eau.

 

> Pour visiter quoi ? Le fleuve exclusivement. C'est tout ? Oui, mais c'est énorme car Promenadine, la guide conférencière qui embarque avec vous sur la toue de Boutavent, au pied de la guinguette, emmène avec elle plusieurs ouvrages évoquant la Loire. Cette promenade littéraire permet par ailleurs de contempler, depuis le fleuve, les ponts tourangeaux (pont de Pierre, pont Napoléon, pont Saint-Cosme) et d'observer la flore et la faune tourangelles.
> Les plus. Le charme d'embarquer sur un bateau traditionnel de Loire. Assis sur un vieux tonneau, on navigue lentement sur le fleuve, profitant d'une vue verdoyante et d'un calme réconfortant à seulement quelques minutes du centre-ville.
Autre point fort de cette balade : la découverte d'extraits littéraires inattendus comme celui d'un texte de René Boylesve, ou la lettre de La Fontaine à sa femme où l'auteur évoque « la Loire douce quand il lui plaît ». Plus contemporain, Laclavetine, écrivain installé à Tours, fait lui aussi l'éloge du fleuve : « Être en Loire, c'est se mettre à l'écart du monde. »
Finalement, les textes littéraires sont aussi efficaces qu'une visite guidée pour comprendre l'image d'une ville et de ses habitants, que Balzac a surnommés « les fainéants sublimes ».
> Les moins. A moins de ne pas supporter la navigation, la promenade sur la Loire n'est pas périlleuse et adaptée à tout public.
Cette visite insolite n'est pas conseillée aux visiteurs boulimiques qui ne supportent pas de séjourner dans une ville sans apercevoir chaque site touristique. Ames peu rêveuses s'abstenir… 
> Quel public ? Les enfants peuvent s'amuser en naviguant sur le fleuve mais trouveront peut-être le temps un peu long avec les extraits lus par la guide. Forcément, les gourmands de poésie et de bons mots trouveront leur compte dans cette balade particulièrement romanesque.





AMBOISE A LIVRES OUVERTS

Article publié dans la Nouvelle République du 6 mai 2014





Caroline, alias Promenadine, est une jeune Tourangelle pleine de bonnes idées. Après des études de langues, elle complète sa formation et obtient, en septembre 2013, un diplôme de guide conférencier à l'université d'Angers.
Cette férue de littérature réfléchit alors à la mise en place d'une balade littéraire. C'est durant un stage à l'association Boutavant qu'elle concrétise sa réflexion : Elle commente, au moyen d'extraits de grands auteurs une promenade au fil de l'eau sur la Loire. Chemin faisant, elle décide de décliner ce nouveau concept à la ville. Au printemps dernier Promenadine met en place une visite de Tours. 
Samedi, c'est à Amboise qu'elle a emmené, pour la première fois, un groupe à la découverte de la ville. En cinq étapes, elle a fait vivre la déambulation au travers d'écrits d'auteurs classiques et contemporains (Gustave Flaubert, Christophe Dufossé, Jean de La Fontaine…). « Mon souhait est de faire faire une visite insolite et d'intéresser le public à la fois aux écrivains et au patrimoine » explique-t-elle. « En fait, les hommes de lettres, que j'ai choisis, animent la visite » ajoute-t-elle. Une approche nouvelle de la découverte patrimoniale… à ne pas manquer !

 

 

Les promenades de Caroline

Article écrit par Etienne Vernat, publié dans la Nouvelle République du 8 mars 2014

Caroline, une jeune femme mince aux cheveux courts, nous accueille sur le parvis de la cathédrale Saint-Gatien. Elle paraît effacée, puis hésitante elle entame la conversation, de plus en plus sereine elle se livre sur son cursus et sur sa motivation.

En parallèle d'un travail de caissière aux cinémas Studio, Caroline mène les personnes à la découverte ou redécouverte des écrivains classiques et contemporains. Ces balades littéraires suivent les textes qui mettent en scène la Touraine dans leurs ouvrages, au gré des bâtiments qu'elle rencontre sur son parcours. « L'idée m'est venue alors que je faisais un stage avec l'association Boutavant c'était une lecture d'ouvrages en bateau sur la Loire et ça m'a tout de suite séduite. » « J'ai repris mes études pendant un an à Saumur pour obtenir mon diplôme de guide conférencier,détaille-t-elle, c'est un concept inédit ici à Tours que je propose. Je ne veux pas faire quelque chose de rébarbatif, le but est d'intéresser les personnes à ce que l'on a pu dire de Tours ». De Balzac à Vincent Desombre, on suit leurs lignes et leurs vies à travers les bâtiments, comme la cathédrale ou la basilique Saint-Martin.
Promenadine raconte : « J'ai appris beaucoup de chose sur Tours comme sur les quatre auteurs que je compte présenter lors des promenades. » Même si elle ne se cache pas d'un grand travail de recherche en amont, elle se dit « prête à adapter ses lectures au fil des déambulations »« Que vous soyez cultivés ou non, ce genre de promenades contées concerne les intéressés et les curieux poursuit-elle, je fais ça en partie avec le souvenir un peu amer que m'a laissé l'enseignement du français et des textes classiques pendant ma scolarité. » La promenade littéraire apporte une relecture sur les textes de façon très simple et ludique. « L'intérêt est de faire naître la curiosité chez les personnes qui me suivent, affirme Caroline, je veux qu'ils prennent contact avec la littérature et les lieux qui nous entourent. »

Promenadine propose de la retrouver le 8, 15, 16, 29, et 30 mars. Tarif 6 €. 
Contact : 02.47.20.68.44.
mail : promenadine@gmail.com.

Étienne Vernat

La Loire au fil de l'eau le fleuve au fil des pages

Article écrit par François Bluteau, publié dans la Nouvelle République du 17 juillet 2013

La belle idée que voilà : une promenade au fil de l'eau sur la Loire au soleil couchant, ponctuée de lectures de textes que des grands écrivains lui ont consacré… Une heure de bonheur que l'on doit à Caroline, une jeune stagiaire étudiante en licence professionnelle Guide-conférences à Saumur : c'est elle qui a eu l'initiative de ces promenades.

Le fleuve a en effet de quoi inspirer les grands auteurs. Sauf Victor Hugo qui avait mal dormi à Tours la veille et qui affuble la Loire du qualificatif de « douairière des rivières »… « On a beaucoup trop vanté la Loire et la Touraine », estime-t-il. « La Seine est bien plus belle… » Mais à part cet avis de mauvais coucheur, les textes lus par Caroline témoignent tous d'une admiration sans retenue.
La Fontaine est sans doute le plus enthousiaste : « Belles maisons et beaux parcs abondent. Mais le plus bel objet est la Loire sans doute. Elle répand son cristal avec magnificence. Le jardin de la France méritait bien un tel canal. » Madame de Sévigné qui descendit la Loire dans son carrosse embarqué sur un bateau a également été emballée : « Je n'ai jamais rien vu de pareil à la beauté de cette route… »
De son côté, Stendhal a mis l'accent sur les vicissitudes des premières lignes de bateau à vapeur entre Tours et Nantes, dans un texte rempli de passés simples et de subjonctifs passés, ces temps tombés en désuétude dans les programmes scolaires. Et Balzac, dans un petit roman (« La Grenadière »), fait une description du fleuve à la Balzac : longue, avec la précision d'un compte rendu d'huissier, mais avec ça et là des images poétiques d'une force qui fait tout le charme de son écriture.
Pendant tout ce temps passé à écouter les grands auteurs, Luc a piloté le bateau avec douceur entre les îles et les îlots, entre les bancs de sable rosis par le couchant, jusqu'au pont de La Motte. On ne voit pas le temps passer, on aimerait comme Lamartine qu'il suspende son vol. « Être en Loire, c'est se mettre à l'écart du monde », a écrit Jean-Marie Laclavetine, le dernier auteur choisi par Caroline.
Rien ne nous est paru plus vrai.

Devant le succès de ces deux promenades littéraires, il est possible que l'expérience soit renouvelée en septembre. Renseignements : boutavant@voila.fr